COVID 19 : Les masques

 
 

Depuis le début de la crise, les masques sont livrés en priorité :

  •  aux professionnels de santé amenés à prendre en charge des patients COVID 19 en ville comme à l’hôpital;
  • aux personnes qui interviennent auprès des personnes âgées en EHPAD, pour préserver les capacités hospitalières.

Depuis le 21 mars, les masques sont distribués ainsi :

  • Pour les médecins de ville, les biologistes médicaux et les infirmiers de ville : 18 masques par semaine et par professionnel, dont des masques FFP2 dans le strict respect des indications ;
  • Pour les pharmaciens de ville : 18 masques chirurgicaux par semaine et par professionnel ;
  • Pour les masseurs-kinésithérapeutes : 6 masques par semaine et par professionnel, chirurgicaux ou aux normes FFP2, dans le strict respect des indications et selon les disponibilités, pour la réalisation des actes prioritaires et non reportables ;
  • Pour les sages-femmes : 6 masques chirurgicaux par semaine pour la prise en charge des femmes confirmées COVID-19 ;
  • Pour les prestataires de service et les distributeurs de matériel : 1 boîte de 50 masques chirurgicaux par semaine et, en moyenne, par entreprise pour assurer les visites prioritaires ;
  • Pour les personnes exerçant des activités de services d’aide et de soins à domicile : 9 masques chirurgicaux par semaine et par professionnel exerçant au sein de la structure pour assurer les visites prioritaires ;
  • Pour les EHPAD Etablissement hébergeant des personnes âgées dépendantes et les structures médico-sociales accueillant des personnes fragiles, notamment les personnes en situation de handicap ou des patients COVID-19 sans domicile ne relevant pas d’une hospitalisation : 5 masques chirurgicaux par lit ou place et par semaine. Les EHPAD Etablissement hébergeant des personnes âgées dépendantes disposeront dans la durée de 500 000 masques chirurgicaux par jour, comme le réclamaient les responsables de leurs fédérations ;
  • Pour l’hospitalisation conventionnelle dans les établissements de santé : 3 masques chirurgicaux par jour et par professionnel de santé dans les services de soins prenant en charge les cas possibles ou confirmés et, pour la réalisation des gestes à risque, des masques FFP2 dans les services d’urgence, d’accueil des malades COVID-19 et de soins critiques ;
  • Pour l’hospitalisation à domicile : 2 boîtes de 50 masques chirurgicaux par semaine et, en moyenne, par structure ;
  • Pour les transporteurs sanitaires et les centres de secours : 1 boîte de 50 masques par semaine et par structure.

Les chirurgiens-dentistes disposent désormais d’un stock dédié de masques qu’ils ont eux-mêmes réparti sur le territoire de façon à pouvoir dans la durée assurer les soins urgents à la population.

Don de masques :

En complément de la stratégie nationale de gestion et d’utilisation des masques de protection mise en place par le gouvernement dans le cadre de l’épidémie de COVID 19, les services de l’État et l’Agence régionale de Santé Occitanie continuent à recenser les stocks de masques de type FFP2, chirurgicaux ou autres pouvant être mis à disposition des autorités publiques.

Les entreprises et les particuliers disposant d’un stock significatif (plus de 500) sont invités à se faire connaître auprès de la préfecture en envoyant un email à : pref-masques-covid19@pyrenees-orientales.gouv.fr

Les masques grand public :

Dispositions spéciales de commande et livraison pour les entreprises de moins de 50 salariés

Le ministère de l’Economie et des Finances lance avec l’appui de La Poste, CCI Chambres de commerce et d'industrie France et CMA France, une plateforme de commercialisation et de distribution de 10 millions de masques « grand public » pour les petites et très petites entreprises de métropole et d’Outre-Mer.

Accéder à la plateforme : https://masques-pme.laposte.fr

Plus d'information en consultant le communiqué de presse ci-dessous

> 2020 04 30 CP Plateforme masques La Poste-1 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,09 Mb

Pour la population,

des initiatives solidaires apparaissent et proposent des masques fabriqués en tissu ou papier. Il s’agit de masques faits « maison ». Des tutoriels « do it yourself » sont disponibles sur les réseaux sociaux pour les fabriquer soi-même. Ces solutions ne répondent pas aux standards de qualité attendus par les professionnels de santé.

En général, les masques en tissus non normés et non évalués ne sont pas des masques de soins prévus pour une exposition risquée. Toutefois, ils peuvent permettre de limiter les projections, de faire obstacle à nos mains que l’on porte inconsciemment au visage plusieurs fois par heure et de répondre de ce fait, aux besoins de la population générale.
 
Pour cela, ils doivent être confectionnés en respectant des principes élémentaires : être correctement utilisés et employés en complément de l’application stricte des gestes barrières. Sans respect de ces rudiments, leur utilisation peut être inefficace voire risquée.

L’AFNOR a mis à disposition des industriels à même de lancer des fabrications en série, des artisans et des particuliers, un modèle de masque avec des recommandations (choix du tissu…) et un patron de couture. Il est bien précisé que c’est un équipement pouvant apporter une réponse à la population générale et saine.

Le tutoriel est disponible sur : https://www.afnor.org/actualites/masque-barriere-france-international

Recensement non exhaustif des ateliers qui fabriquent des masques dans les Pyrénées-Orientales

Les masques confectionnés par les ateliers référencés dans ce tableau offrent une protection adaptée pour un usage non sanitaire.
Leur utilisation s'inscrit en complément de la stricte application des mesures liées au confinement, des gestes barrières et des règles de distanciation sociale visant à lutter contre les infectons virales.
Ces masques sont destinés au grand public et notamment à toute personne saine ou asymptomatique.
Ils doivent être changés très régulièrement et leur port limité à une demi-journée.
Important : ces masques sont pas soumis à une évaluation de conformité par des organismes notifiés ou laboratoires. Leur conception selon les règles de l'art, leur fabrication et le contrôle de qualité de leur production reste à la responsabilité du fabricant.

> liste ateliers 66 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,08 Mb

Comment bien porter son masque et comment l'entretenir :

Toutes les explications en cliquant ici

Entreprises, comment faire tester vos masques ?

Pour les fabricants de masques lavables

Les essais des masques, y compris les lavages, doivent être réalisés par un tiers compétent. La DGA, l’IFTH et l’APAVE, notamment, possèdent de telles capacités de tests.

Toutefois, la DGA et l’APAVE ne disposant pas d’équipements de lavage adaptés ou suffisamment dimensionnés, il a été convenu que l’IFTH assure le lavage des échantillons pour les tests réalisés par ces organismes. Ces échantillons seront ensuite répartis entre les organismes de test.

Il convient donc d’envoyer à l’IFTH des coupons et prototypes non lavés selon les modalités présentées dans le document ci-joint.

Les lavages seront réalisés par l’IFTH 5 fois, 10 fois et N fois, le fabricant devant définir le « N », comme détaillé dans le document joint.

Si des échantillons de votre produit ont déjà été testés par la DGA, il convient de bien indiquer dans votre envoi à l’IFTH la référence de ces tests et de joindre le rapport de test de la DGA.

Par exception, les industriels ayant déjà envoyé des échantillons lavés pour test à la DGA n’ont pas besoin de renvoyer ces échantillons à l’IFTH.

Pour les fabricants de masques non lavables

Les essais des masques doivent être réalisés par un tiers compétent.

La DGA, l’IFTH et l’APAVE, notamment, possèdent de telles capacités de tests

Retrouvez le protocole de test à télécharger via le lien https://www.entreprises.gouv.fr/covid-19/entreprises-comment-faire-tester-masques