Sécuriser l'approvisionnement alimentaire des Français

 
 
  • Durant la crise sanitaire, l’approvisionnement alimentaire des Français doit être préservé.
    • C’est pourquoi, en ce début de printemps crucial pour nos agriculteurs, le Gouvernement s’engage pour les soutenir. Les ministres Bruno Le MAIRE, Muriel PENICAUD et Didier GUILLAUME ont ainsi annoncé un certain nombre de mesures pour préserver la filière agroalimentaire en facilitant les recrutements et en facilitant le cumul d’une indemnité d’activité partielle avec un contrat de travail dans une entreprise du secteur.
  • L’objectif, dans la phase d’épidémie que nous traversons, est d’aider ce secteur qui doit pouvoir continuer à fonctionner, pour l’ensemble des Français, tout en préservant bien sûr la santé des salariés en mettant en œuvre l’ensemble des mesures barrières indispensables.
    • Concrètement:
      • Préserver la filière agroalimentaire en facilitant les recrutements, par :
        • La diffusion aux entreprises et aux exploitations d’un guide pratique établi par le Ministère du Travail, en concertation avec les acteurs de la filière, pour leur donner des solutions afin de garantir un travail en toute sécurité sanitaire pour leurs salariés:
        • La création d’une plateforme en ligne regroupant toutes les offres d’emploi, accessible pour les chercheurs d’emploi ; sachant par ailleurs que Pôle emploi proposera à chaque employeur, s’il le souhaite, de prendre en charge la présélection des candidats.
      • Permettre aux salariés qui subissent une mesure d’activité partielle de conclure un contrat de travail avec une entreprise du secteur. Ainsi,
  • Le salarié pourra cumuler son indemnité d’activité partielle avec le salaire de son contrat de travail dans la filière agroalimentaire, sous réserve que son employeur initial lui donne son accord pour respecter un délai de prévenance de 7 jours avant la reprise du travail ;
  • L’employeur de la filière agroalimentaire qui embauche le salarié en activité partielle devra libérer le salarié de ses obligations sous réserve du même délai de 7 jours ;
  • Enfin, les bénéficiaires du fond de solidarité pour les très petites entreprises, indépendants, micro-entrepreneurs et professions libérales, pourront cumuler le versement par le fonds (1 500 euros début avril avec des contrats courts dans les entreprises agricoles et agroalimentaires.