La coordination départementale sécurité routière

 

"Tous concernés, tous touchés, tous responsables". A lui seul, le slogan de la sécurité routière annonce déjà que dans ce domaine, des progrès ne peuvent pas être réalisés sans l'adhésion et l'implication de tous.

Les acteurs de la sécurité routière sont multiples avec en premier bien évidemment les usagers mais aussi les professionnels de la conduite ou de l'éducation routière, les associations et la multitude de bénévoles qui donnent de leur temps pour promouvoir les bons comportements et des routes plus sûres. Les institutions qui comprennent les gestionnaires de voirie, les forces de l'ordre, les services administratifs ou techniques de l’État restent les piliers de la mise en œuvre et du développement de cette politique publique.

Dans son département, le préfet est responsable de la sécurité de nos concitoyens ce qui recouvre aussi la sécurité routière. Le plus souvent il délègue cette dernière à un chef de projet qui est généralement son directeur de cabinet.

Pour mener à bien cette mission, le chef de projet s'appuie sur le coordinateur sécurité routière (DDTMdirection départementale des territoires et de la mer) qui est chargé, en lien avec les différents partenaires de programmer et décliner les actions décidées nationalement ou identifiées localement.

Cette activité se répartit sur plusieurs axes :

  • l'alimentation des bases de données "accidents" et la production d'analyses qui constituent le socle des politiques locales qui seront engagées
  • les propositions de déploiement et le suivi technique du parc des radars
  • les analyses techniques relatives aux documents d'urbanisme, aux aménagements de voirie ou les réponses aux demandes des particuliers
  • la création et le suivi des dossiers de planification : tous les 5 ans, le document général d'orientations (DGO). Tous les ans, le plan départemental d'actions de sécurité routière (PDASR) dont un des volets est le  plan départemental des contrôles routiers (PDCR).

Le rôle est de la coordination sécurité routière est bien évidemment d'utiliser le plus efficacement possible les crédits délégués par le ministère de l'intérieur pour répondre aux souhaits du préfet et créer ou reproduire les actions adaptées au contexte. Tout aussi important, il est aussi d'être un facilitateur auprès de tous les porteurs de projets et l'interface indispensable entre les différents groupes pour avancer ensemble dans la même direction.