COVID-19 : « Protéger tous les élèves et les adultes et assurer l’éducation pour tous. »

 
 

Le lundi 26 avril, les élèves des écoles maternelles, élémentaires et primaires retournent en classe. Grâce aux efforts conjugués des services de l’État, l’Éducation nationale, les autorités sanitaires, les collectivités, les 289 écoles du département ouvriront toutes en début de semaine prochaine. Le préfet des Pyrénées-Orientales, Etienne Stoskopf et le directeur académique des services de l’Éducation nationale, Frédéric Fulgence saluent la mobilisation des 2 300 enseignants du premier degré, qui pourront ainsi accueillir près de 39 000 élèves du département, conformément aux annonces du gouvernement de ce jeudi 22 avril. Le protocole sanitaire strict continue à s’appliquer, avec une vigilance particulière pour l’aération des pièces et la limitation des brassages dans les lieux de restauration scolaire, où la règle de deux mètres entre les groupes continue de s’appliquer.

Ce sont ces consignes qui avaient permis de conserver un maximum de classes ouvertes durant le mois de mars, et alors même que, dans la population générale de notre territoire, le virus était plus actif. Au moment où la situation sanitaire était la plus compliquée, fin mars, ce sont seulement deux écoles (sur 289) et 31 classes (sur 2040 dans le département) qui ont dû être fermées, pour limiter la propagation du virus.

Le plan de contact-tracing est maintenu et renforcé : un cas positif entraîne la fermeture de la classe. Les tests PCR et les tests salivaires (près de 1500 par semaine) ont été déployés durant la période précédente dans l’ensemble des 15 écoles « sentinelles ». Cela nous permet, grâce au travail conjoint avec les laboratoires d’analyse et l’agence régionale de santé, de faire un suivi précis de l’évolution épidémiologique, et, le cas échéant, d’isoler et de protéger, élèves et personnels.

Le dépistage massif organisé à compter de ce lundi dans les établissements scolaires doit permettre de maintenir cette dynamique d’amélioration de la situation sanitaire dans les écoles mais aussi dans l’ensemble du département. Ces mesures de dépistage se renforcent, afin de casser le plus rapidement possible les chaînes de contamination : une campagne de déploiement d’auto-tests va s’ajouter aux autres tests déjà déployés : ainsi, tous les professeurs de l’Éducation nationale, ainsi que les ATSEM, recevront deux auto-tests par semaine, à réaliser chez eux. La direction académique a été livrée hier de 30 800 tests, qui vont être distribués dans les écoles dès le début de la semaine prochaine.

Dans la continuité des annonces du Président de la République, les élèves de collège et de lycée poursuivront l’enseignement à distance entre le 26 avril et le 03 mai. Les cours en distanciel seront assurés par les professeurs. Concernant les espaces numériques de travail et les outils d’enseignement à distance, la sécurité informatique a été renforcée, la capacité des serveurs a été augmentée, des fiches de bonne pratique ont été mises à disposition pour rendre leur fonctionnement optimal. Pour les collégiens, enfants de personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire, 9 pôles d’accueil en collège ont été déployés, permettant de couvrir l’ensemble du département : comme lors des campagnes précédentes, les inscriptions sont ouvertes sur le site internet de la direction des services départementaux de l’éducation nationale.

À partir de leur retour en classe, tous les lycéens reviendront en cours en demi-jauge. L’ensemble des collégiens, eux, reprendront les cours en présentiel.

Par ailleurs, depuis le 17 avril, des créneaux spécifiques dans les centres de vaccination COVID-19 sont dédiés aux personnels de plus de 55 ans exerçant au contact des élèves (professeurs, AESH, ATSEM) : le centre de vaccination retenu pour les Pyrénées- Orientales est celui du centre hospitalier de Perpignan (Covax ambu, 20 avenue du Languedoc). Les prises de RDV sont possibles au 04 68 36 06 23 ou par doctolib. Le centre est ouvert tous les jours de 9h à 17h.

Les enfants ont besoin de l’école : l’amélioration relative mais réelle de la situation sanitaire conjuguée à cette préparation d’un cadre sanitaire protecteur nous permet donc d’envisager cette reprise des enseignements scolaires.