Un exercice de crise grandeur nature a été organisé le vendredi 06 décembre 2019 par la préfecture des Pyrénées-Orientales.

 
 
Exercice de crise grandeur nature

400 personnes ont participé à une simulation d’un accident de nature Nucléaire, Radiologique, Bactériologique, Chimique ou explosifs (NRBCe)

dans l’emprise du port de Port-Vendres (66)

  • L’exercice est basé sur l’hypothèse d’un accident NRBCeayant provoqué des blessés ;
  • C’est l’occasion de tester la capacité de réaction et de coordination de tous les acteurs en matière de protection civile

A l’initiative de la préfecture des Pyrénées-Orientales, en lien direct avec la ville de Port-Vendres et les acteurs de la sûreté portuaire, un exercice de sécurité civile sur le thème NRBCe a été organisé, le 06 décembre 2019 .

400 personnes ont participé à l’exercice : les services de la préfecture, sous-préfecture, la mairie, la capitainerie du port, la CCI, les services de santé et de secours, les forces de l’ordre, les associations agréées de sécurité civile ainsi que des figurants joués par des élèves du lycée Maillol, de l’école d’infirmière et de l’école d’aide soignant.

Le scénario de l’exercice prévoyait la présence d’un produit radioactif sur un cargo provenant d’Afrique.

La présence d’individus présents à bord du cargo, à proximité de la source radioactive, a permis de tester la chaîne de décontamination mobile du SAMU Service d'aide médicale urgente ainsi que la capacité de réaction et de coordination de tous les acteurs impliqués.

Dès le déclenchement de l’exercice et afin de coordonner les équipes engagées, le préfet a activé le centre opérationnel départemental en préfecture ainsi qu’une cellule d’information du public et des élus (CIPE).

Jean-Marc BASSAGET, sous-préfet de Céret s’est rendu au poste de commandement opérationnel (PCO) situé dans les locaux de la mairie de Port-Vendres accompagné de gendarmes, pompiers, de personnels des services d’urgences et des services de la préfecture.

A cette occasion, les sirènes d’alerte de la commune ont été déclenchées en mode silencieux afin de tester le système d’information de la population.

A l’issue de la simulation, un debriefing entre les différents participants a eu lieu sur site et en préfecture afin de permettre d’améliorer les procédures actuelles.

Ce genre d’exercice permet de renforcer la culture du risque et de conserver un niveau de vigilance élevé dans des secteurs exposés aux différents risques.